Etienne Bernardot
ARTISTE HYBRIDE:

Créations visuelles, scénographies, conceptions lumières
PERFORMANCES, SPECTACLES VIVANTS, INSTALLATIONS
   
Compagnie
Le Sonart
Première séance de travail avec la compagnie Sonart à Stéréolux, Nantes, mars 2019.

>> Rubrique performances visuelles
Spectacle vivant
[suBstrAt]




Conception: Ilia Gilbertas et Etienne Bernardot
Chorégraphie et interprétation: Ilia Gilbertas
Création visuelle: Etienne Bernardot
Création musicale: Nadir
Partenaires: Alliance Française de Kuala Lumpur, Kakesini et The Bee
Production: ILIAEB

[Substrat] est une performance in situ, visuelle et évolutive, en rapport direct avec l’environnement géographique et les propositions du/des musicien/s, de/des danseur/s.
L’essence même de ce projet est la rencontre de divers univers artistiques et culturels. C’est une pièce destinée à voyager, évoluer, grandir au fur et à mesure des rencontres et des lieux.
Pour la première étape de ce projet le duo sera en Malaisie en octobre 2018.



KUKURI




Composition et direction artistique : Maflohé Passedouet
Chorégraphie:Maiko Hasegawa, Mamoru Sakata
Création visuelle: Etienne Bernardot
Création musicale: Stéphane Bissières
Chanteur Nagauta: Saki Kineya
Danseurs: Mana Kawamura, Naoya Sakata, Maiko Hasegawa, Mamoru Sakata

Kururi a trois signification en Japonais : rouler, venir et devenir fou.

Après une première collaboration pour la création franco-Japonaise SURU, la Cie Mobilis-Imobilis et la Tarinof dance Cie s’associent de nouveau pour créer KURURI en s’enrichissant de 4 danseurs sur scène et d’un chanteur traditionnel Japonais. Kururi combine musique créée en temps réel suivant la danse et la voix, vidéo en temps réel grâce à un dispositif singulier, danse contemporaine et chants traditionnels Japonais.

Le son pousse les corps peu à peu dans l’extrême du mouvement et dans le paroxisme du chant. La vidéo envahit l’espace pour résonner, en réponse à la musique.



[cabarEt nuMerique]




Conception: Ilia Gilbertas et Etienne Bernardot
Chorégraphie: Ilia Gilbertas
Création visuelle: Etienne Bernardot
Interprètes: Ilia Gilbertas et Juliette Brulin
Productions: Compagnie ILIAEB, La Fileuse, Reims

Avec cette nouvelle création le duo iliaeb revisite l’univers de la Revue de Music Hall.
En alliant l’expérience d’Ilia -chorégraphe et danseuse- dans le cabaret à travers le monde et celle d’Etienne dans la création numérique en live, le duo s’approprie les numéros les plus célèbres : Plumes, French Cancan et Contorsion.
Sublimant les corps et mettant en avant la grâce et la légèreté des danseuses, les Plumes sont devenues au fil des années l’emblème du Music Hall. Pas de revue digne de ce nom sans elles.
ILIAEB s’empare de ce symbole et lui donne une nouvelle dimension. Le duo ne se contente pas d’en parer ses danseuses, il cherche à lui donner vie.
Support et prétexte à projection vidéo, elles deviennent une extension du corps des danseuses. La chorégraphie, tout en gardant les codes stricts des numéros de Plumes, les intègre non seulement comme élément de costumes, mais surtout comme partenaires des « Girls ».
Le French Cancan quant à lui, à une histoire révolutionnaire. D’abord réservé aux hommes, la danse dite du « Cavalier Seul » est très vite reprise par les femmes.
Elles inventent toutes une série de pas destinés à moquer, voire ridiculiser le clergé, l’armée et l’ordre établi en général. La vitesse des jeux de jambes revêtent une importance capitale, laissant entrapercevoir les dessous sans jamais les montrer, les femmes revendiquant ainsi une forme de liberté sexuelle.
ILIAEB rend hommage à cette danse endiablée et rageuse, en la plaçant dans le contexte actuel. Sans jamais dénaturer la technique chorégraphique, les jeux de lumières et de vidéos mettent l’accent tantôt sur la jupe, tantôt sur les jambes, et toujours sur la symbolique.
Pour ces deux premiers numéros, la création visuelle numérique est produite en direct grâce à la manipulation par le vidéaste de différentes matières dans un module disposé sur scène. Ainsi seront reprises par une caméra les matières inhérentes à la revue -étoffe, plumes, strass...- ainsi que des éléments graphiques générés par la musique -paternes visuelles d’inspiration Art Déco-, pour être projetées sur les corps et les costumes des deux danseuses.



[ OxO ] Performance Numérique Vivante




Conception: Ilia Gilbertas et Etienne Bernardot
Chorégraphie et interprétation: Ilia Gilbertas
Création visuelle: Etienne Bernardot
Création musicale: Joan Giner

Spectacle en cours de création

[OxO] réunit trois artistes d'horizons différents dans une performance scénique, visuelle et sonore.
Ce spectacle allie danse , création sonore et visuelle en direct et mapping vidéo. Il se constitue de plusieurs tableaux composés de différents univers visuels et musicaux. Fidèle à leur thème de prédilection, le duo iliaeb joue ici sur le trouble de la perception, l'illusion, il cherche à faire regarder au-delà de ce qui est immédiatement perceptible afin de créer un spectacle sensible.
Cette performance se constitue de plusieurs tableaux composés soit de danse avec projection vidéo sur le corps de l'interprète, soit de musique et vidéo projetée en mapping sur les éléments scénographiques.
La création visuelle est générée par la musique puis projetée sur différents éléments qui sont manipulés en live, captés par une caméra puis rediffusés. Les éléments manipulés sont aussi bien de la fumée, de l'eau, de la matière, des objets. Au même titre, le corps de la danseuse est tour à tour surface de projection et matière à création visuelle.
L'outil numérique sert ici de lien qui uni la danse, la musique et la vidéo.



[ Hiatus ] Danse Connectée


Conception: Etienne Bernardot et Ilia Gilbertas
Chorégraphie et interprétation: Ilia Gilbertas
Création visuelle et scénographie: Etienne Bernardot
Création sonore: Stéphane Monteiro

Hiatus fait coexister en temps réel la danse, la vidéo, la musique et la lumière grâce à un capteur: la Kinect. Le geste est capté, retransmis et analysé, déclenchant une réponse visuelle et sonore à laquelle il répond à son tour.

Pour les artistes il s'agit d'une inversion des codes conventionnels du spectacle. Hiatus ne se contente pas de relier le vivant au numérique, il les lie l'un à l'autre. La danseuse précède la musique, conduit et se joue de la vidéo. Elle est à la fois interprète et chef d'orchestre, elle déclenche et réagit. Joue avec les éléments numériques et en fait ses partenaires scéniques.

Notre volonté, en introduisant un corps physique et en lui permettant d’agir par la danse sur l’outil technologique, est de rendre sensible et visible l’intervention de l’Humain dans l’oeuvre numérique et ainsi lui donner une dimension autre que virtuelle. Le corps, en tant qu’élément perturbateur et/ou déclencheur, vient donc en quelque sorte « hacker » la machine.

Hiatus cherche une nouvelle écriture du numérique en se jouant des erreurs et des possibles latences de la machine par le corps. Ce dernier n'est ni la marionnette de l'outil numérique, ni un corps augmenté par celle-ci, c'est un corps en dialogue constant avec cet outil. L'outil numérique est quelque part considéré comme étant une entité propre.

Hiatus est un Spectacle d'Art Numérique Vivant

Télécharger le dossier en pdf
SURU




Chorégraphie et interprétation: Maiko Hasegawa et Mamoru Sakata
Mise en scène : Maflohé Passedouet
Création vidéo temps réel : Etienne Bernardot
Composition sonore : Stéphane Bissières

Compagnie Mobilis Immobilis

Danse, vidéo, musique en temps réel

SURU interroge les relations entre les êtres, l'attachement, la proximité physique, imaginaire mais aussi la friction, la rupture et l'énergie du mouvement.

Les corps des deux danseurs très identifiés au départ de par leur propre énergie et gestuelle se transforment peu à peu jusqu'à muer et s'imprégner de la porosité de l'autre et de l'environnement exterieur généré. On assiste ici à une métamorphose.

Télécharger le dossier en pdf


Selection de représentations: Soirées IRL (Paris, Fev. 2014), Le Hublot (Nice, Fev. 2015), Japan Futurnow (Antibes, Mai. 2015).



IT IS TIME TO GET HARDCORE




Conception, Mise en scène, co-création vidéo, interprétation: Judith Baudinet
Chorégraphie et interprétation: Ilia Gilbertas, Lucile Trouttet
Co-création vidéo, création lumière, programmation: Etienne Bernardot
Musique: OP.9

Production: KSKF

“Il est temps“, ou : “C’est l’heure !“, est une fiction expressionniste traitant du monde moderne.

Il s'agit d'une proposition plastique et sensible qui explore les figures fantasmées issues des industries audiovisuelles et du divertissement.

Un spectacle qui parle du point de vue des femmes.

Une réflexion critique en actes, qui interroge les relations que nous entretenons aux images, à notre mémoire, au temps, à la fiction comme au réel.


Selection de représentations: Festival Vision'R (Paris, Mai 2010), Festival "Sortie de Chantier" (Paris, Avr. 2010), Opera de Massy (Massy, Avr. 2013), Festival Labomatique (Dijon, Nov. 2009), Centre Riberioux (Créteil, Nov. 2009), etc.




Des Morts et Merveilles




Conception, co-création vidéo: Judith Baudinet
Co-création vidéo, création lumière, programmation: Etienne Bernardot
Musique: Xtronik et Drumpixhel

Production: KSKF

Onze films courts revisitent l'histoire moderne des images et du corps.

Onze musiques originales, à la croisée des chemins de l'électronica et de l'accousmatique, circulent dans l'espace et organisent un parcours.

Des images croisées, vidéos projetées sur une multitude de tranches de toiles translucides, invitent le spectateur à circuler dans l'espace. Cette architecture de toiles forme des volumes mobiles, qui se révèlent ou disparaissent dans les entrelacs de la lumière avec les vidéos projections.

Concernant le son, notre volonté est de multiplier les points de vue en travaillant la spatialisation des sons et des musiques en 8+2. Les visiteurs sont ainsi également conduits à circuler en suivant les mouvements du son.

Cette installation-spectacle est une architecture mobile qui se modifie selon la topologie du lieu. L'organisation de cet ensemble permet au spectateur de devenir partie intégrante de cet environement visuel et de ce parcours sonore.


Selection de représentations:La Tannerie (Barjols, Jul. 2007), Féesti'Val (Embrun, Jul. 2006), Théâtre de Verre (Paris, Nov. 2007), etc...


Passage de la Fonderie




Performeur: Laurent Chanel
Conception, scénographie, co-création vidéo: Judith Baudinet
Co-création vidéo: Etienne Bernardot
Musique: Xtronik et Drumpixhel

Production: KSKF

Le collectif KSKF investit le passage de la Fonderie. Se réappropriant l'espace urbain, l'espace de quelques heures, de quelques jours... KSKF revisite et reprojette le passage de la Fonderie sur lui-même. Double videoprojection et multidiffusion sonore.